Billet – Fillon n’est pas autiste

Par Titou,

Nouvelle polémique autour du présidentiable François Fillon qui, sur France 2, déclara « Je ne suis pas autiste ». En entendant cela, je n’ai pu m’empêcher de lâcher un « sombre con » et de commenter aussitôt sur les réseaux sociaux qu’il allait se faire des amis et ça n’a pas loupé ! À peine quelques minutes après et toute la sphère connectée se met en branle et ne tarde pas à demander à ce que l’ancien premier ministre fasse des excuses. Rassurez-vous, je ne vais pas jouer le Social Justice Warrior, ni prendre fait et cause pour monsieur Fillon. Non, je vais taper sur tout le monde car encore une polémique qui n’a pas lieu d’être.

Comme dit plus haut, je fus indigné d’entendre un candidat à la présidentielle utiliser le mot « autiste » dans son sens péjoratif, donc plein de préjugés et ce, peut-être à cause d’ignorance sur le sujet de l’autisme. Alors, oui, l’expression « faire l’autiste » est dans le langage courant, son sens le moins sympathique est dans le dictionnaire comme pour d’autres mots mais que la bienséance ne permet pas d’employer à une heure de grande écoute à la télévision et encore moins par un candidat qui prendrait de plein fouet les huées d’une masse rugissante outrée d’entendre un présidentiable utiliser les mots « je ne suis pas trisomique, j’entend… » Alors oui, nous ne nous soucions guerre des sourds, des aveugles quand nous employons certaines expressions, et je suis d’accord, nous sommes loin d’être irréprochable sur notre vocabulaire, et c’est d’ailleurs pour ça, que je n’en veux pas spécialement à monsieur Fillon, ça me passe même au-dessus de la tête.

À observer et aussi participer à quelques joutes sur les réseaux sociaux, j’ai pu constater ce que je savais déjà, nous sommes en 2017 et personne ne connait l’autisme dans son ensemble. Dans son ensemble car aucune personne avec autisme ne ressemble à une autre. La France compte environ 600000 personnes avec autisme, donc 600000 cas différents. Ignorance étonnante de la part de l’ancien premier ministre quand on sait que sa femme, Pénélope Fillon, est marraine d’une association qui s’occupe d’austite Asperger, donc une certaine connaissance devrait être logique et attendue, à moins que (attention « pré-jugé ») là aussi, madame Fillon soit une marraine fictive.

C’est assez choquant mais non, je ne reviens pas sur le fait que je juge inutile des excuses de la part de monsieur Fillon, je m’en expliquerai plus loin.

Ignorance, peut-être, de la part du candidat, mais aussi, et ça peut paraître surprenant, de la part de ces centaines de personnes qui ont exprimé leur indignation sur les réseaux sociaux. Oui, toi là bas, le jeune Social Justice Warrior en mal de cause à défendre, tu pars au combat de façon aussi spontanée qu’émotive sans rien connaître de ce que tu défends et du coup, tu participes à la propagation des préjugés que tu as, toi aussi, sur l’autisme. Je suis désolé de te le dire, mais tu ne vaux pas mieux que l’ancien premier ministre, alors certes tu n’emploies pas autisme de manière péjorative mais pire, tu véhicules de fausses idées.

En échangeant avec toi, tu m’as dit des choses assez étonnantes du genre : il faut plus protéger les autistes, créer des catégories car c’est des gens qui souffrent parce qu’ils sont malades et que ce n’est pas leur faute, ils ne demandent qu’à guérir. On va s’arrêter là ! Il y a déjà matière à faire avec ça. Je ne sais pas vraiment par où commencer… Alors on va dire le début !

« La personne avec autisme est malade ». Alors, comment te dire que non. L’autisme n’est pas une maladie (je te laisse des liens en fin d’article), c’est un trouble envahissant qui affecte les fonctions cérébrales (1) , ce qui veut dire que lorsque tu nais avec un autisme (je te rappelle que c’est le tien à toi personne n’a le même, tu es unique) tu meurs avec l’autisme. Hélas, là aussi, tu apprends que on ne guérit pas l’autisme. Pour faire simple, et les spécialistes (oui, imaginons qu’ils lisent l’article) m’excusent mais pour guérir il faudrait débrancher le cerveau pour le rebrancher dans le bon sens et, je t’avoue, rares sont ceux qui ont survécu à la manœuvre. Une personne avec autisme n’est pas malade, certes handicapée à différents degrés mais elle n’a pas la grippe ou la variole. D’ailleurs, en lisant tes blogs favoris, tu es convaincu que l’autisme est dû aux OGM, aux pesticides et que l’arrêt de tout ce qui n’est pas naturel stopperait l’ « épidémie » (c’est toujours pas une maladie). Alors, oui, les facteurs environnementaux ont un rôle à jouer sur certaines formes d’autisme, mais, il en est d’autres qui sont génétiques (Asperger par exemple).

Ensuite, « Protéger les autistes » (mon préféré). Et bien, non plus ! On protège les éléphants d’Afrique, les ours polaires ou les tortues marines, mais pas des gens surtout quand ces catégories existent déjà et créent suffisamment de problèmes sur la route du travail et de l’autonomie des personnes avec autisme. Ah oui, j’oubliais ! L’autisme, ce n’est pas que des gens qui se balancent d’avant en arrière en bavant et en hurlant, c’est aussi des gens qui travaillent et accèdent à l’autonomie grâce à diverses méthodes de stimulation. Si tu ne guéris pas, tu progresses dans certains cas et tu serais surpris de savoir que ton voisin avec ses deux enfants et son chien est autiste lui aussi mais, revenons à nos barrières de protections. Une catégorie supplémentaire reviendrait à écrire encore plus gros et en clignotant d’une couleur bien criarde le mot « AUTISTE » au dessus de la tête, et du coup, ça augmenterait toutes les difficultés que ces personnes connaissent déjà sur leurs routes vers le mieux et l’autonomie. Le travail est une grande source de stimulation tant intellectuelle que sociale donc un pas vers l’évolution positive et une plus grande autonomie, notamment financière. L’argent pose beaucoup de problèmes aux parents. Il n’est pas rare de voir qu’un seul des parents travaille pour que l’autre puisse aller aux rendez-vous fixés 1 mois, 3 mois ou 2 ans avant à des jours que tu  ne peux pas refuser sinon, retour au départ. Vois-tu, trouver une nounou pour garder un enfant avec autisme, même par les assos ou les institutions publiques c’est onéreux et très très compliqué, alors, quand ils ne divorcent pas, les parents galèrent…

Tu vois mon ami, sans le savoir et pensant bien faire pour le bien être des autres, tu fais et risque de faire plus de mal que de bien. Tu pars à l’assaut d’une division de chars avec un arc et des flèches. L’envie ne fait pas tout car, avec l’hystérie qui te caractérise souvent, tu distilles les préjugés dont les personnes n’ont nullement besoin pour exister et avancer dans cette société qui tolère déjà mal les différences de toutes sortes (même être surdoué c’est difficile).

Dans ce combat sur les mots et l’ignorance, on compte nombre d’associations. C’est déjà compliqué de combattre les méconnaissances, le système et l’immobilisme des autorités soit-disant compétentes mais, à quoi bon continuer de demander à ces politiques qui ne considèrent que leurs carrières et leurs personnes ? Avec le temps et le fait que rien ne se passe ni n’évolue, pourquoi insister ? La République est censée ne laisser personne sur le bord de la route et force est de constater que les bas côtés sont pleins, c’est à croire que les politiques se dégagent d’abord la voie royale pour voir les autres quémander quelques miettes, car, c’est bien pour ça que vous luttez, des miettes de budget, des miettes d’action et des miettes d’écoute. Qu’attendre, aujourd’hui encore, d’un système éducatif qui forme des médecins, des psychiatres et des psychologues en fournissant des outils pédagogiques archaïques conduisant à des croyances et des diagnostics totalement nocifs pour les personnes? Qu’attendre d’un pays qui a fait de la santé un monopole d’état et qui régit tout, qui vit, qui meure, qui s’installe et qui se permet de bloquer des installations de structures privées qui pourraient apporter la scolarité, la prise en charge des cas lourds car jugées non conformes, trop chères, car en France rappelons-le, la santé n’a pas vocation à être rentable, ou ne rentrant pas dans les standars ? Qu’attendre sinon rien de plus que des promesses qui ne seront jamais tenues et des excuses hypocrites. Ils s’excuseront et iront poser devant des objectifs montrer qu’ils peuvent approcher des gens « malades » et ainsi se servir,encore une fois, d’une minorité comme faire valoir en faisant semblant d’avoir pris conscience de leurs bêtises et de l’ampleur du quotidien des parents, du personnel et des personnes autistes. Que d’énergie gaspillée pour un résultat en leur faveur, alors qu’il y a tant de travail à faire sur la base de la population. Voilà pourquoi, je ne demanderai aucune excuse de François Fillon ou d’autres, c’est inutile et vain. Leurs excuses ne valent rien et n’ont aucune valeur car ils ne concidèrent personne.

Social Justice Warrior, voilà tout un tas de raisons plus valables de s’indigner que celle de l’emploi d’un mot. Dernière question !!! Sais-tu que des familles doivent s’exiler pour trouver des compétences et des structures et doivent payer très cher pour voir leurs enfants avancer pour simplement moins souffrir ?

« M’ exiler j’y ai pensé. J’y pense encore. Puis finalement on essaie de faire des choses ici. Mais quand même le sentiment que cela profitera aux suivants, que cela sera très long. »
Témoignage de Barbara.

Sais-tu, aussi, mon ami au cheval blanc que François Fillon ne faisait que répondre à des attaques de la gauche qui durent depuis son mandat de premier ministre où des députés, des sénateurs et membres du Parti Socialiste lui reprochaient son « autisme » face aux situations que devait affronter le gouvernement Sarkozy (2) et qu’ils emploient, encore aujourd’hui, ce mot pour le qualifier ? Etonnamment, tu montes moins à la tribune, les parents, les personnes avec autisme et les assos se sentent seuls quand c’est le camp du bien qui utilise le vocabulaire qu’il dénonce en ce moment.
Si tu veux, mon ami, aider les personnes avec autisme avec la même passion que tu as de ventiler de l’air, tu peux participer et apporter ton soutien à des associations (3).

Je ne suis pas touché par l’autisme, je suis juste quelqu’un qui s’informe et qui trouve se sujet passionnant tant il y a de choses à savoir et à découvrir mais, je me suis humblement engagé dans un combat ; celui de l’ignorance. Les choses avancent et les mentalités changent mais lentement. La science fait des progrès, les soignants bougent et les politiques stagnent. Tout individu mérite dignité, voilà une lutte que je porte en moi. A tous, on ne combat pas le néant de l’ignorance par le vide mais par et avec intelligence, quelqu’un du nom d Ayn Rand a dit un jour : « Les idées nauséabondes n’existent qu’en l’absence d’Hommes pour en défendre de meilleures. » La route est longue, très longue pour se permettre de perdre de l’énergie à se battre contre des moulins à vent.

Je terminerai ce billet avec ces quelques mots d’Hugo Horiot (Vice-président de la CCNAF , écrivain, comédien et autiste Asperger)

« Plus que de l’autisme, les autistes souffrent des préjugés. »

(1) http://www.vaincrelautisme.org/content/definition
(2) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/08/18/01011-20080818FILWWW00448-le-ps-denonce-l-autisme-de-fillon.php
(3) http://www.ccnaf.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s