Billet –La non ou non non candidature de François Hollande.

Par Chuck Noel,

C’est à la grande surprise –tout du moins- de la part des médias dominants, que François Hollande annonçait jeudi 1er décembre sa non-candidature à l’élection présidentielle.

Seule décision digne et lucide de son quinquennat pour beaucoup. Sa seule bonne décision. Celle qui tout a transformé François Hollande, d’homme politique le plus impopulaire de France, en « Homme d’État » comme il ne « s’en fait plus », dont certains vont, même, le comparer au général De Gaulle.

En 20 secondes d’annonce, certains ont oublié, les quelques 5 années de mandat présidentiel qui ont conduit le pays au désastre. On ne parlera pas de la hausse du chômage, de la diplomatie française suicidaire, et autres « réformes » sclérosantes.

C’était comme si pendant ces 20 secondes fatidiques, le pays entier a été atteint d’une pandémie de Stockholm.  En effet, notre cher Président n’a eu qu’à agiter sa clochette de domination pour voir son troupeau accourir.

Sauf, si on prend un certain recul, on s’aperçoit très vite que le président à qui on a affaire n’a absolument plus rien à perdre, tout du moins en apparence. Ainsi, entre, un Emanuel Macron dont la côte de popularité ne fait que croître et devenant, encore plus, chaque jour présidentiable. Un reliquat de Parti socialiste, qui va ainsi rentrer dans une Primaire qui s’annonce être un remake du « combat des Chefs ». Enfin, une aile gauche qui se retrouve de plus en plus séduite par le trotskiste Mélenchon, dont la popularité ne fait que grimper, également.

Dès lors, l’annonce de non candidature, pourrait très bien résulter d’un savant calcul, puisqu’il serait facile de se placer au dessus de la mêlée après une annonce, rappelons ironiquement, « digne d’un Homme d’État ». Car celui qui se retrouve après 5 ans tout à coup guidé par un « intérêt supérieur » se verrait bien bien en sauveur lorsque la mêlée se sera suffisamment étripée.

Si la non candidature de François Hollande ne peut être qu’une bonne chose sur le court terme. N’oublions pas, d’une part que rien de tout ça n’est définitif tant que les dépôts de candidatures sont possibles. Ce Président de la République peut, encore nous réserver quelques surprises.

Et même dans l’hypothèse qu’il ne représentera pas. Il ne reste pas moins que l’électorat se voit offrir un choix de personnalités médiocres. Ainsi, l’électeur-mouton n’aura qu’à choisir, sans hésitation, son nouveau bourreau, puis las se plaindra de son maître à la fin de son mandat. Afin de mieux réitérer ce cycle de la servitude !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s