Billet – La claque Donald Trump.

Par Titou,

Une claque magistrale en pleine tête de ceux, et ils étaient nombreux, qui voyaient une large et historique victoire de Hillary Clinton. Nous étions une poignée à voir arriver les grosses phalanges du milliardaire dans le visage de cette Amérique qui se perdait dans l’administration et la corruption à grande échelle. Le 9 novembre 2016, Donald Trump imprime sa main dans la figure du monde. Stupéfaits et surpris alors, que les sondages voyaient du bleu Hillary partout, le monde en vase clos du journalisme tombe à la renverse pour se mettre en position latéral de sécurité. Les supporters de Clinton convulsent, la moitié de l’Amérique veut partir chez ses voisins canadiens, crie au scandale et plonge dans la haine car, la démocratie c’est pas si bien que ça, certains électeurs n’ont pas voté comme la presse leur a dit de voter. La France médiatique qui avait suivi le mouvement, tousse gras elle aussi. Nos politicards ne tardent pas à réagir, cette élection est inquiétante à plus d’un titre, il faut en tirer les enseignements et faire face à un nouveau danger : le populisme.

Quelle leçon vont-t-ils tirer de la surprise, pas surprenante, des élections américaines ? Aucune. Enfin si, que la montée du populisme c’est dangereux pour la démocratie, le monde et qu’il faut combattre ce phénomène grandissant et populaire. Hop ! Coup de tampon : MADE IN EXTREME DROITE. On fait pleurer dans les chaumières des cœurs tendres et purs de la masse votante. Sauf que lorsque l’on regarde un peu plus attentivement, ce langage occupe l’espace politique depuis longtemps, la limite de la démagogie, décriée par Alain Juppé, est depuis longtemps dépassée, il y a belle lurette que nous sombrons dans le gouffre du discours politique de bas niveau.

Le populisme ne monte que pour une seule et unique raison ; l’abandon des idées. Pour être élu, il faut rassembler la majorité alors, on brade de l’idée, on brasse de l’air, on fait selon ses convictions, les besoins du moment, on improvise, bref, on bricole avec une grande dose d’émotion et on se retrouve dans un débat sans fond, où est étalé de l’idée bancale en veux-tu en voilà !

Les bonnes idées, les idées efficaces ne sont pas populaires car ça concerne tout le monde, et ce n’est pas le but de l’idée politique, elle doit concerner les autres. Qu’importe qui ils sont du moment que c’est eux qui payent. La montée du populisme n’est due qu’à la médiocrité des débats et des inactions des politiques englués dans leurs promesses intenables parce que bancales. Gloire à l’homme en rupture avec le système, Gloire à l’homme d’action et ce même si ses solutions sont mauvaises. Jetons aux oubliettes la qualité, on a franchi la ligne, aujourd’hui, le plus grand danger est de se faire avaler par le monstre encore plus populiste et rempli de testostérone.

Alors les conséquences vont être toujours les mêmes : « Plus de », là où, il faudrait « moins de », on va encore avoir droit au grand spectacle et exhiber la bête de foire, attiser les peurs devant des votants ayant de moins en moins peur et excédés d’être délaissés. Ce qui s’est passé aux USA peut-il se produire en France ? Oui. Même si je ne suis pas un grand adepte de la dame Ayn Rand, j’aime a rappeler cette maxime qui a valeur de diagnostic : « Les idées nauséabondes ne sont dangereuses qu’en l’absence d’’hommes pour en défendre de meilleures. » La réalité est là, les meilleurs ne sont pas au pouvoir, ils sont occupés à travailler pour faire avancer ce pays tant bien que mal, assommés par les taxes, les impôts et les bâtons dans les roues. Voilà comment monte un populiste !

La leçon de Donald Trump tient dans sa campagne. Taper fort quitte à passer pour un imbécile, mais toujours être le centre des caméras, des papiers journaux et surtout que les opposants fassent campagne contre vous, et ne parlent que de vous. Cette méthode a un avantage, ils ne parlent pas de leurs programmes. Donald a été, pendant 18 mois, sur toutes les lèvres, dans tous les journaux et une partie de l’Amérique qui croyait faire campagne contre lui a fait campagne pour lui. Impact incroyable pour des gens qui se détournaient de la politique et qui ont commencé à s’intéresser au phénomène, si tout le monde s’acharne sur lui, il n’est peut être pas si mauvais. Trump, cet homme qui représente une certaine nostalgie de ce qu’a été l’Amérique, touche des gens qui depuis le début de la crise se sentent oubliés, laissés pour compte dans leurs coins désolés par les ravages d’une économie en berne. La force de Trump qui l’a mené à la victoire est d’avoir fait parler des gens qui ne s’expriment presque jamais, l’Amérique profonde de ceux qui ont fait ce pays. Le milliardaire qui n’était donné qu’à 1 % de chance est qui est arrivé, malgré les clivages dans son parti, a touché car il représente des valeurs toute américaines.

Finalement, on en sait peu sur son programme, sinon les mesures chocs, mais qu’importe, on ne gagne pas une campagne sur des idées mais, sur l’image et la communication. Le danger du populisme ne l’est qu’à cause de l’abandon de l’idée, la démocratie ne conduit qu’à l’avènement non pas du plus médiocre, mais du meilleur communiquant. Celui dont on disait qu’il ne maitrisait pas son image en sortant des énormités, souvent de l’autre côté de la limite, a fait parler son génie des négociations et de sa maitrise de l’image et, le voilà 45ème Président des Etats Unis d’Amérique. Trump a mis le temps pour se lancer, le temps d’apprendre et de tirer certaines leçons, rien est dut au hasard.

Nos politiques vont tirer les leçons de ces élections et vont faire campagne contre l’un et contre l’autre et, tous ensemble contre l’extrême droite communiste de Marine Le Pen. Il ne reste alors, que son inexpérience du monde des affaires et de sa féroce concurrence joue pour nous. De toute façon la démocratie décide toujours dans ce jeu dangereux, elle est l’outil de vengeance des faibles et des médiocres, l’outil d’accession au pouvoir des communiquant. Les populistes deviennent les nouveaux fachos, les médiocres ne supportent pas que l’on touche à leurs propres méthodes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s