Billet – Société et Communauté : voies d’éducation et de socialisation

Par Ivonaldo Leite,

Professeur à l’Université Fédérale de Paraíba/Brésil

Usuellement la sociologie désigne la « communauté » comme un groupement ou collectif dont les membres sot liés par la « solidarité » vécue, concrète en tant que personnes concrètes. D’abord pour André Gorz, la communauté a un fondement factuel En effet, elle repose sur quelque chose que chacun des individus reconnaît avoir en commun avec d’autres individus :

Soit qu’ils l’aient mis en commun en y voyant leur intérêt commum ou leur bien commun, auquel cas on palera de communauté associative ou coopérative ;

Soit qu’ils l’aient en commun originellement et de naissance (leur langue, leur culture, leur pays), auquel cas on palera de communauté originaire ou constitutive.

Mais dans l’un et autre cas, la communauté est associée à la reproduction de la société. Ceci est le problème analytique.

L’idéologie de la reproduction de la société par la socialisation des individus reste si solidement ancrée dans les habitudes de pensée, qu’elle survit à la dislocation de la société et à la disparition des « rôles » sociaux auxquelles la socialisation était adaptée.

La plupart des penseurs sociaux en viennent ainsi à raisonner comme si la capacité de l’individu à devenir un sujet autonome se produisant et produisant du lien social par ses activités non instrummentales, ne pouvait être que le résultat d’une « socialisation réussie ». De cette façon, pour Jean-Louis Laville, la valorisation du temps libéré repose sur la prise en compte d’individus aptes à l’autonomie et à la responsabilité, c’est-à-dire bénéficiant d’une socialisation réussie, alors que c’est cette socialisation qui constitue un problème.

Pour Gorz, dans cette phrase à première vue innocente on retrouve le postulat idéologique de ce même sociologisme qu’on rencontre aussi chez Habermas ou Parsons, entre autres : l’aptitude à l’autonomie et à la responsabilité serait le résultat d’une « socialisation réussie », autrement dit, l’individu-sujet serait l’ensemble des capacités, des compétences et comportements sociaux que la Société enseigne à l’individu pour se faire produire par lui. Le sujet est, ici, évacué ; le sujet n’est plus que le support de rôles, savoir-être et savoir-faire sociaux en consonance avec les « attentes » anonymes inscrites dans le fonctionnement des processus sociaux.

Notamment avec cette conception sociologiste, la socialisation n’est pas une émancipation faisant surgir un sujet capable d’autonomie, d’auto-détermination, de jugement. Au contraire, elle marque au sujet le pouvoir de se produire en lui assignant une figure qu’il ne peut tenir de lui-même : « Moi » est un Autre ; tandis que « Je » est le pouvoir de constater cette altérité du moi et de la contester.

Alors, la confusion entre le « Moi » et le « Je » provient dans une large mesure de ce que le sociologisme, colonisant et évinçant la réflexion philosophique, assimile l’éducation à la socialisation. Bien entendu, dans la mesure où elle comporte nécessairement l’apprentissage d’un langage, de codes et de repères socioculturels, toute éducation est aussi socialisation. Mais elle n’est pas que cela et elle  est même incapable d’éduquer et socialiser si elle prétend n’être cela. À difference du conditionnement, de l’endoctrinement et du dressage, l’éducation vise par essence à faire naître chez l’individu la capacité de se prendre en charge de façon autonome. C’est-à-dire, de se faire le sujet de son rapport à soi, au monde et à autrui.

C’est dire que la relation éducative n’est pas une relation sociale et n’est pas socialisable. Elle n’est réussie que si l’enfant est pour la personne qui l’éduque un être incomparablement singulier, aimé pour lui-même, à révéler à lui-même par cet amour comme ayant droit à sa singularité, comme individu-sujet.

Enfin, on retrouve ici l’opposition entre la pensée politico-philosophique sur la bonne société et la bonne vie, d’une part, de la pensée fonctionnaliste, d’autre part. Dans la communauté, ce qui compte pour la première pensée c’est le travail par lequel un individu se transforme en agent capable de transformer sa situation au lieu de la reproduire par ses comportaents. Ce que compte pour la seconde, c’est la formation d’individus sociaux possédant les competénces sociales et les compotaments les rendant aptes à remplir les fonctions ou rôles que définit pour eux le processus de travail social.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s