Prose : Au carrefour du tourment.

Par Chuck Noel, 

 

Sombre demeure, implacable courroux,

De ce cœur battant, il demeure solitaire,

Etranglé dans de tristes desseins,

 

Opiniâtre volupté s’empare de lui,

Sentiment étrange de désir,

Le désespoir le ronge,

 

L’espoir l’enivre,

Mais le courage lui manque,

Pour déposer sur l’autel,

La marque de sa faveur,

 

Mélancolie dans son cœur,

Prisonnier d’un purgatoire,

Attend son oriflamme,

Et son oukase libérateur,

 

De sa bienveillante allégresse,

Son âme lui est retournée,

Dans une symphonie héroïque,

L’Odyssée ne fait que commencer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s