Dossier – Qu’est ce que l’Ordre Spontané, et pourquoi est-il nécessaire de le protéger ? Septième partie

Par CorsicanLibertarian,

7) L’ordre Spontané est capable de sauvegarder des formations traditionnielles et des valeurs morales :

Une des critiques qui est adressée à la notion d’ordre spontané est que l’ordre spontané est également un ordre étendu, si bien que l’homme pourrait en perdre des repères et des connaissances avec cette évolution croissante de la société dans laquelle interargisse les individus. On retrouve la fameuse critique constructiviste, pour qui l’homme ne peut évoluer et s’épanouir sans une certaine staticité de sa situation, critique émise par les socialistes comme par les conservateurs étatistes.

La particularité des ordres spontanés est que certains d’entre eux ont une farouche habilité à s’auto-gérer et s’auto-conserver sans la présence divinatoire d’un ordre politique les protégeant. Des ordres sociaux (collectifs) peuvent très bien être des ordres spontanés et s’auto-conserver. La création de l’Académie française au XVIIème siècle est l’exemple parfait illustrant une volonté de protéger la langue française par exemple. C’est également pour cela que Hayek déclara dans sa Constitution de la liberté que paradoxalement, un pays libre est également un pays où les individus sont attachés à leur tradition.

Friedrich von Hayek dans pourquoi je ne suis pas un conservateur, déclara ainsi :
« Cette réticence à faire confiance aux forces sociales autonomes est étroitement reliée à deux autres caractéristiques du conservatisme : sa prédilection pour l’autorité, et son ignorance du fonctionnement des forces économiques. »

Edmund Burke peut se revendiquer de cette approche et d’avoir influencer Hayek. Il défend la raison cumulative, cristallisée dans la tradition (comme l’ordre spontané) contre l’anti-traditionalisme des encyclopédistes et leur rationalisme constructiviste, par exemple lorsqu’il se prononce contre la doctrine de la tabula rasa ou “table rase”, qui est un concept philosophique considérant que l’esprit de l’homme naîtrait vierge et ne serait marqué que par l’expérience. La principale caractéristique de l’esprit serait sa passivité face à l’expérience sensible. Il s’agit donc d’un concept opposé à l’innéisme des idées, et à l’activité de l’esprit. Edmund Burke en ce qu’il défend la raison cumulative, qui est une conception progressiste de la tradition, une raison cumulative, sédimentation de la sagesse des siècles. L’homme reste marqué par des traditions qui le précéde, sans pour autant lui en retirer sa liberté de choix. Les traditions évoluent comme tout ordre spontané dans le temps, mais elles influencent l’individu et lui fournissent informations et connaissances.

L’ordre spontané sous-entend ainsi la capacité que les hommes ont à s’organiser sans l’intervention d’individus jugés moralement plus élevés et plus habilités à gérer les affaires des hommes. Sous couvert de vote et de démocratie, certains n’ont en réalité que restaurer le droit des souverains sur leurs cerfs sous le règne des demi-honnêtes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s