Dossier – Qu’est ce que l’Ordre Spontané, et pourquoi est-il nécessaire de le protéger ? Cinquième Partie

Par CorsicanLibertarian,

5) L’ordre spontané contre l’ordre commandé, ou la société libre contre le commandement de l’armée :

Herbert Spencer faisait une distinction majeure entre deux formes de sociétes : les sociétés commerciales et les sociétés militaires. De l’avis de nos contemporains, on pourrait imaginer que pour certains, la guerre est un commerce florissant, mais c’est dans une toute autre mesure qu’il faut imaginer la distinction. Pour Herbert Spencer, les sociétés industrielles remplaceront au fil du temps progressivement les sociétés militaires (les sociétés industrielles étant dynamiques, en perpétuelle évolution, productives, ouvertes et reposant sur la Liberté de chacun de contracter et de s’associer ; et les sociétés militaires reposant sur une hiérarchisation organisée de la société, l’exaltation à la guerre, le holisme, et étant figées et renfermées sur elles-mêmes). Le philosophe Alain développe une analyse proche opposant société commerciale et société militaire dans son oeuvre Mars ou la guerre jugée en 1936 :

“Il n’est même pas commun qu’un commerçant songe seulement à tuer un concurrent heureux. Et n’oublions jamais que la passion guerrière va tuer, à coup sûr, non seulement des ennemis, mais des amis, des parents, des fils. Qui mettrait au jeu la vie de son propre fils pour des luttes commerciales.”

Non seulement l’opposition est clairement marquée entre la société industrielle et la société militaire, mais ceux ne sont que les deux seules manières dont une société peut s’organiser. Soit un ordre s’organise sur le respect du contrat et de la liberté, ou il s’organise du haut d’une hiérarchie structuré et étatisée. Comme le disait Ludwig Von Mises, il ne peut qu’y avoir l’ordre du marché, où tout un chacun est libre de coopérer et d’échanger avec qui il le désire, ou l’ordre de l’Etat, où les individus sont dans l’obligation de respecter des commandements d’un outil de coercition massif et de la contrainte. Nous n’avons donc que le choix entre le système de la concurrence et le système du dirigisme.

Wilhelm Ropke, dans son livre Die Lehre von der Wirtschaft, prononce des propos similaires dès 1937, qu’une vraie économie de marché ne peut être qu’un ordre spontané et non un ordre commandé, quand il dit que “si on montrait qu’une organisation d’un système économique d’une société libre peut être fondamentalement différente de l’organisation d’une armée, il y a des raisons de croire que c’est la seule possible.”

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s