Billet – Cette proposition de Hayek, si semblable et pourtant si différente du programme de Marine Le Pen :

Par CorsicanLibertarian

Cette proposition de Hayek, si semblable et pourtant si différente du programme de Marine Le Pen :

Dernièrement, le Front National a marqué dans son programme, dans la partie concernant l’euro, une citation de Milton Friedman disant que l’euro mènerait à une catastrophe monétaire. Si on ne puis guère donner tort, ni au Front National, ni à Milton Friedman, il est temps pour nous de nous pencher vers les propositions bien plus radicales d’un des libéraux les plus influents du XXème et ayant abordé bien d’autres domaines que l’économie, comme la sociologie, la philosophie, le droit, etc … J’ai nommé : Friedrich Hayek !

Friedrich Hayek, lors de la rédaction de son magnum opus Droit, Législation et Liberté, a eu vu de l’idée de la mise en place d’une monnaie européenne commune aux pays du Marché commun européen, et la liberté lui a semblé tant en danger à ce moment-là (une monnaie commune publique, déjà dangereuse, l’étant plus encore quand on se sert des outils de la politique monétaire accommodante, elle serait le fait de bulles et de mal-investissements dans l’économie), il arrêta l’écriture du présent ouvrage pour d’atteler à la tâche d’un nouveau livre « Denationalization of Money », traduit récemment en français sous le nom de « Pour une vraie concurrence des monnaies ».

Il défend, dans son livre, une idée d’abord moins radicale. Les gens n’étant plus habitué au fait de la fourniture de monnaies par des acteurs privés (ce qui est pourtant arrivé un certain nombre de fois dans l’histoire), Friedrich Hayek propose une idée pondérée, plus à même d’attirer l’attention du public. Une solution embêtant autant les technocrates européens que le programme de Front National.

Friedrich Hayek propose ainsi la fin du contrôle des changes et du cours légal de la monnaie. En somme, il propose que chaque pays est certes toujours sa monnaie, mais également que les individus dans un pays puisse utiliser la monnaie des autres pays européens. Les monnaies n’étant rien d’autres que des biens comme des autres, si une Banque Centrale s’amuse à en créer excessivement, la valeur du bien Le grand avantage de cette idée, est que les Banques Centrales se livrant à l’expansionnisme monétaire verraient voir le nombre d’utilisateurs de leur monnaie diminuer au profit des Banques Centrales gérant leurs monnaies de telle manière que les valeurs de celles-ci restent stables. L’État, certes, aurait toujours le droit de demander une monnaie précise pour le réglement des impôts.

Hayek défend ainsi sa proposition comme suit :
-Même si les européens ne règlent plus dans une même monnaie et augmente leurs coûts d’utilisation de bien monétaire, elle permet de limiter grandement l’impôt d’inflation que les États font subir à leur population, ce qui est un bien plus grand avantage en comparaison du coût précédemment observé.
-Elle permet de limiter les mal-investissements et les distorsions dans les structures productives.
-Si tout monopole est considéré comme néfaste, le monopole monétaire l’est également. Comme le dit Hayek, si politiquement, le pire monopole est le monopole de la télévision, économiquement, le monopole monétaire est de loin le pire de tous.

Si la proposition de Hayek signe la fin de l’euro, elle signe également la fin du programme monétaire du Front National, qui ne vise qu’à faire du futur franc une monnaie de singe comme une autre. La proposition de Hayek, c’est le retour à la discipline monétaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s