La proposition fiscale de Friedman à contre-courant (Deuxième Partie) :

Par CorsicanLibertarian

Que propose donc, en matière de fiscalité, le Front National ? Surprise : accroître encore plus l’illusion fiscale que nos politiciens ont créé depuis des décennies. Il propose d’établir une progressivité de l’impôt sur les sociétés et de le fusionner avec la Contribution Territoriale, « un impôt progressif unique sur le patrimoine, fruit de la fusion entre la taxe foncière et l’ISF, sur des bases rénovées assurant la justice fiscale », la mise en place de droits de douane finançant une baisse du coût du travail.

Et si, plutôt que la complexité, nous supprimions les niches fiscales, diminuons les dépenses publiques et orchestrions une baisse durable des impôts ?

Milton Friedman, dans une interview au Royaume-Uni dans les années 70, appelle à une réforme fiscale. Au journaliste, il demande pourquoi y-a-t’il autant de Rolls Royce au Royaume-Uni ? C’est fort simple. Purement et simplement à cause des hauts niveaux de taxation (la plus haute branche de l’impôt sur le revenu atteignant 90% à partir du de livre gagné). Pourquoi donc ? Hé bien, ces riches individus (qui sont en général des entrepreneurs), de par un simple calcul coût/bénéfice, ils ont plus intérêt (avec un tel niveau de taxation) à consommer des biens ostentatoires qu’à réinvestir leur argent car la rentabilité de cet investissement est fortement réduit par les hauts taux. Il fait le même constat pour les États-Unis où la tranche marginal est à 70% à cette époque.

Il soulève également ce problème : le nombre extrêmement important des niches fiscales réduisant les recettes fiscales. Il calcule en somme, qu’en supprimant toutes les niches fiscales, on pourrait n’avoir qu’une seule tranche de 16% à l’impôt sur le revenu. Il explique que l’État aura toujours le même nombre de recettes fiscales, et même plus au vu de l’activité économique sortant stimulée de la diminution des boulets taxatoires.

Plutôt que la progressivité et les effets de seuil, Milton Friedman propose une flat tax rendu possible par la suppression des niches fiscales. Les conséquences seraient le renversement de la Courbe de Laffer, une hausse des recettes fiscales réduisant le déficit public, des incitations productives renouvelées et des structures productives plus saines avec des activités non rentables évincées et des secteurs d’avenir stimulés.

Si le Front National veut aider les français à préparer leur avenir, Friedman peut lui fournir une ligne directrice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s