Friedrich Hayek ou le libéralisme par l’anti-constructivisme : L’Économiste (Partie 1)

Par CorsicanLibertarian,

Qui ne connaît pas Friedrich Hayek, économiste émérite de l’École Autrichienne d’économie. Et bien … Malheureusement, pas grand-monde, je vous l’avouerai.

Friedrich Hayek a reçu le prix Nobel d’Économie de 1974 pour ses travaux sur la théorie des cycles économiques, approfondissant les travaux de son mentor Ludwig Von Mises (figure emblématique et centrale de l’École autrichienne, connu dans les milieux libéraux et libertariens pour son ouvrage d’économie L’Action Humaine, son magnum opus de 900 pages), en expliquant que les manipulations monétaires exercées pas les organismes étatiques modifient les structures productives de l’économie, entraînant des « mal-investissements » dans l’économie, qui se réajuste lorsque la politique monétaire cesse, à cause d’une peur de l’inflation ou que la bulle créée explose à cause d’effets externes. Pour éviter la récurrence des bulles et la force des crises occasionnées par leur explosion, il propose, dans un cadre où l’État gère encore la monnaie, le retour à l’étalon-or (qui est selon lui la moins mauvaise politique monétaire), puis lorsqu’il entendra parler de la possibilité dans le futur d’une monnaie commune européenne, dont les expérimentations commenceront avec le Système Monétaire Européen, il arrêtera ses travaux en cours pour écrire son livre Denationalization of Money (La dénationalisation de la monnaie) et mettre en garde la population du danger de cette proposition (avec les connaissances que nous pouvons observer aujourd’hui).

Friedrich Hayek est également caractérisé par ses travaux sur l’impossibilité de calcul économique dans les régimes collectivistes à cause de la suppression du système prix, qui, bien qu’imparfait, constitue une façon assez efficace de faire circuler les informations et les connaissances des agents économiques. Le profit, quant à lui, représente pour Hayek un signal aux entrepreneurs pour leur permettre d’imaginer plus ou moins quel bien et dans quelle quantité produire. Comme le dira Ludwig Von Mises dans son livre Socialisme en 1920, l’ironie des systèmes planificateurs est qu’en supprimant l’existence du système des prix, il est désormais de planifier quoique ce soit. C’est dans ce même livre que Mises annoncera des décennies à l’avance l’effondrement des régimes collectivistes, qu’ils soient bolcheviques, nazies ou fascistes (ce qui lui vaudra d’ailleurs sa place plus tard sur la liste noire des Nazis, la réquisition de ses biens et son exil aux États-Unis pour lui et à Londres pour Hayek). Comme l’ont montré et le montrent encore les nombreuses expériences collectivistes, la planification centralisée et étatique se caractérise par d’importantes pénuries et des phénomènes de files d’attentes (comme au Venezuela aujourd’hui) ou alors pas des gestions irresponsables, comme le montre l’exemple du Canada et de sa gestion de l’offre du lait qui conduise au fait que de très importantes quantités de lait ont purement et simplement été jetés.

Hayek est également l’adversaire assidu d’un autre économiste de l’époque, Lord Keynes, écrivain de La théorie générale de l’emploi et de l’intérêt (et dont la logique inspire une bonne partie de notre classe politique, n’hésitant pas à parler de relance et de dépense publique), qui enseignant au même endroit que lui, à la London School of Economics. Il divergeait sur leur solution de sortir d’une crise économique. Là où Keynes préconisait une intervention plus importante de l’État dans le but d’endiguer le chômage de masse et la dépression, Hayek préconisait la non-intervention de l’État, acteur de la crise et ne pouvant ajuster les structures qu’il avait lui-même contribuer à pervertir.

Ainsi, Hayek et les économistes autrichiens nous envoient un message fort. Pour sortir de la crise, nous devons laissez-faire. L’Etat ne peut pas nous sortir d’une crise qu’il a créé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s