Rousseau, Corse et Liberté « positiviste ». (Partie 1)

Par Chuck Noel 

Dans la ville de Corte en Corse, on peut voir au détour d’une ruelle sur un mur dérobé une inscription toute particulière : « Il est encore en Europe un pays capable de législation : c’est l’île de Corse (…) J’ai quelque pressentiment qu’un jour cette petite île étonnera l’Europe ». Ceci n’est rien d’autre que l’œuvre du « grand » philosophe des « Lumières » ROUSSEAU. Le porte-étendard de la « Liberté », de la « Démocratie », contre la « Tyrannie » comme on nous l’enseigne à l’École.

Le philosophe de la « Souveraineté populaire » qui sert tant de référence aux indépendantistes corses contre la Tyrannie du « Colon Français » ou chinois peu important, c’est toute la base de la pensée Rousseauiste.

 

Rousseau passé à la postérité pour ses écrits faisant l’éloge d’une « Société » libre ou tout le monde serait heureux –que c’est beau- loin de tout despotisme matérialisé par l’image du prince. En effet, c’est connu dans son fameux « Du contrat social » de 1762 Rousseau l’ami du peuple décrit une société sans tyran à sa tête –peut être un législateur ! – sans division sociale, sans propriété privée ou presque. Dans cet ouvrage il prétend modeler le « meilleur des mondes ». Donc, si c’est un « gentil » pas besoin de l’étudier davantage, de toute façon citer Rousseau fait de nous forcément un partisan de la Liberté, et c’est ainsi que certains sous prétexte qu’il aime la Corse et est partisan de la « liberté », qu’il est quelqu’un dont il faut suivre les percepts les yeux fermés, « on vous dit que c’est un gentil ».  Donc en cœur l’opinion, sachant désormais qu’il est un « gentil » va citer en cœur et approuver le projet rousseauiste proposer par une branche du nationalisme corse sans froncer sourcils : « de toute façon à l’école on nous dit aussi qu’il est gentil, ça doit être forcément vrai ». Mais qu’est ce que le « projet rousseauiste » ?

 

On peut retrouver un premier aperçu dans une de son « discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes » paru en 1755, où il dénonce que le droit de propriété est l’origine de la corruption de l’Homme -car malheur à lui !- il a développé des activités nouvelles, autres que l’agriculture générant dans son sillage une interdépendance entres les individus, qui serait selon lui contraire à la Loi naturelle car l’Homme serait désormais régi par ses seules passions comme l’ambition –il nie par là l’évolution naturelle de l’Homme dans sa raison et son industrie- et par là creusant des inégalités sociales. En résumé, les pauvres ont été trompés, les riches ont usurpé le pouvoir fixant des règles qui « détruisirent sans retour la Liberté naturelle, fixèrent pour jamais la Loi de la propriété et de l’inégalité, d’une adroite usurpation firent un droit irrévocable, et pour le profit de quelques ambitieux assujettirent désormais tout le genre Humain au travail, à la servitude et à la misère. »  Hormis sa critique de la « propriété » concentrons nous sur le mot « travail » cela sera très important pour la suite, car l’auteur de la Liberté est libre de contradiction. Nous verrons que pour Rousseau : « le travail c’est la Liberté ».

 

Dans son autre œuvre majeure « du contrat social » Rousseau est plus explicite et annonce la couleur de sa « Liberté » au doux slogan de : « unité, égalité, indivisibilité », en effet il va développé cette idée de « souveraineté populaire », qui se traduirait par un « corps social » un et indivisible formé par le « contrat social » où chaque associé gagne « l’aliénation totale de tous ses droits à toute la communauté ». Cette dernière communauté se définirait comme la Nation où l’individu n’aurait pas sa place, il ne serait qu’une cellule « inerte », sans valeur parmi d’autres, d’ailleurs il parle de « souveraineté illimité » où on forcera les récalcitrants à « être libre ». Dans ce même contrat social, il met en avant un « Législateur » chargé de guider le peuple « un et indivisible », et va encore défendre l’idée de défendre « une religion civile OBLIGATOIRE » qu’il faudra reconnaître sous peine de mort social, sous peine d’inexistence dans la société Rousseauiste.

 

Le Rousseauisme tant adulé par un certain pan du nationalisme corse semble sous un jour plus clair être un prédateur prêt à bondir sur ses proies, c’est à dire vous et moi. Dites adieu à votre volonté, si ce n’est pas dire votre existence, et dite bonjour à la première société automatisée : la Nation d’après Rousseau.

 

On en vient au cœur du sujet, Rousseau est également –comme au passage l’est Che Guevara et sa révolution perpétuelle- très prisé par ces nationalistes corses, puisque Rousseau à partir des correspondances qu’il a entretenu avec un certain Buttafoco rival de Pascal Paoli –rappelons le on sait jamais – va rédiger un véritable projet de Constitution pour la Corse, celui-ci n’a pas été achevé. Alors que dit ce projet de Constitution si cher aux nationalistes corses, est-ce un véritable éloge de la Liberté, est-ce au contraire l’ouvrage le plus tyrannique écrit ENVIRON 150 ans avant « Mein Kampft ». Après cette lecture, vous poserez-vous la question suivante : Le nationalisme corse est-il vraiment la personnification de la Liberté ? À vous de juger.
Rousseau dans cet ouvrage qui sert tant de référence au nationalisme corse n’est pas à une contradiction près, en effet le « projet de Constitution pour la Corse » est truffé de contradictions, comme pour la plupart de ses œuvres, Rousseau ne sait pas ce qu’il fait, et ne sait encore moins de quoi il parle. Son pamphlet se diviserait en deux parties : –voire trois si on y rajoute les fragments puisque l’ouvrage n’a pas été achevé –une première partie il pose l’idée générale de sa constitution, qui se résume en un mot : AUTARCIE et dans une seconde partie il y peint plutôt une mise en œuvre de sa constitution en passant par la descriptions des Institutions jusqu’aux méthodes pour préserver sa constitution.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s