Billet – S’échanger et se prêter des livres est une Fraude…

À ma grande surprise –ou pas, j’ai appris que l’État tout du moins son nerf : l’administration fiscale au nom de son auguste cause veut mettre à bat le prêt et l’échange de livre entres particuliers qui utiliseraient une application « Booxup » –gratuite, parce que cette libéralité (quel gros mot !) porterait une concurrence déloyale au détriment des grands éditeurs de livres. Il est vrai qu’il est scandaleux de pouvoir choisir un panel plus étoffé d’ouvrages en passant par la case particulière ! Mais que vont devenir les bibliothèques « publiques » où sont proposé des ouvrages « soigneusement » choisis par les collectivités, que vont devenir les salles d’attentes chez le médecin, le dentiste… à la caf ! Si on ne peut plus emprunter un livre gratuitement. Mais que fait le fisc !

La menace est là, bien identifiée : la circulation des savoirs. C’est elle qui fait hérisser le fisc et son roi-état. Quelle horreur ! Des particuliers s’échangent des savoirs via une application sans passer par nos bibliothèques – dopées aux subventions où généralement le savoir proposé n’est que celui voulu par les collectivités. Comme on ne le dit pas assez, l’État a horreur de la concurrence. L’État c’est le savoir, qui de mieux pour transmettre le savoir que l’État. S’il advenait une circulation tierce des savoirs qu’adviendrait t’il sa grande providence ?

L’entourloupe est là, le soucis pour les institutions administratives n’est pas celui d’une pseudo concurrence déloyale contre les géants du livre mais celui de voir le Savoir filer entre les mains de l’État et de son gouvernement. Le savoir gratuit et en libre accès c’est bien, seulement si c’est l’État et ses collectivités qui le propose. D’ailleurs notons que : « le savoir c’est l’ignorance ».

Ce qui se cache irrémédiablement derrière cette chasse aux sorcières outrancière c’est la limitation de la circulation des savoirs, qui permettent à chaque individu curieux de se forger une opinion libre et éclairée. Cette pirouette fiscale n’est que le cache-sexe d’un amoindrissement supplémentaire de notre liberté naturelle de base : la Liberté d’opinion.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s