La fête nationale du cynisme.

Ce traditionnel 14 juillet a été marqué par son traditionnel défilé militaire et comme chaque année en présence du Président de la République (sous les huées, cette année comme l’an passé) passant en revue une Armée se réduisant à peau de chagrin.

Cependant particularité cette année c’est l’invitation de plus de 80 nations à participer pour ce défilé à l’occasion de l’anniversaire du premier centenaire du premier conflit mondial qui a marqué notre Histoire.

Mais la présence de certaine délégation comme l’Algérie, cette dernière qui a d’ailleurs menacé à plusieurs reprises de « bouder » ce défilé ce qui ne sera finalement pas le cas.

Or, on sait que la présence de l’Algérie ou plus encore des descendants du Vietminh repose sur fond de rhétorique de la « dette » visant systématiquement à concevoir une dette morale souvent imaginaire d’un peuple envers un autre peuple qui aurait asservi honteusement le second et ainsi engendrer la haine de soi du premier pour mieux le déstabiliser.

Une dette ? Quelle dette ?

Prenons l’exemple de l’Algérie, le principal argument serait la mobilisation d’Algériens sous le joug colonial Français qui n’auraient eu aucun lien avec la Métropole que ce soit géographiquement et même culturellement.

Or l’Algérie en tant que Nation ou ce qui ressemble à une Nation (conglomérat de personnes éparpillées sur un territoire donné désireuses de vivre ensemble sous les mêmes lois.) n’existait pas en 1914, en effet ce qui est l’actuel Algérie était un département sous la Colonisation après avoir était une région sous domination Ottomane1, et allons plus loin, on note aussi que les Nations descendantes du Vietminh n’existaient pas également, ces nations étaient incorporées dans un ensemble « Indochine » qui était sous protectorat intégré Français, protectorat réclamé au passage par le Roi du Cambodge.

Pour en revenir à l’exemple Algérien plusieurs questions me viennent à l’esprit, les soldats mobilisés en 1914 n’étaient-ils pas Français où qu’ils se trouvaient sur le territoire de la Nation ? Donc ces soldats algériens, indochinois (autochtones) qui se sont battus dans les tranchées ne se sont pas t’ils battus pour le pays dont ’ils jouissaient de la nationalité (sans rentrer dans les modalités de la jouissance des droits civiques (Jean Sevillà par exemple répond brillamment à cette problématique dans son historiquement incorrect) ? Donc pourquoi parler de « dette » envers des nations qui n’existaient pas alors ? Ce n’est pas la vaillance du soldat prit individuellement qu’il ne vaudrait pas mieux reconnaitre ?

Mais on me répond que c’était des « nations » asservies par les « tentacules » coloniale française. Oui mais admettons que ces « nations » fus-ce un instant indépendante et souveraine nous seraient-elles venues en aide ? Dans cette hypothèse la reconnaissance aurait été plus que légitime et même indispensable, mais l’Histoire ne se refait pas. Mais encore d’autres me diront (j’en ai parlé brièvement plus haut) qu’ils n’avaient justement individuellement en tant que la distance géographique et culturelle s’imposait. D’accord mais « les pieds noirs » n’étaient pas-ils eux aussi éloignés de tout lien avec la métropole ? Pourtant cela n’a pas empêché plus de 100 000 de ces européens des colonies qui ont pour une majeure partie d’entre eux jamais vu la Métropole de se battre pour la Patrie en danger.

Mais culturellement… effectivement la distance Culturelle existait mais cependant, une majorité des « musulmans » algériens avaient accepté la Loi de la métropole qui n’ignorait pas les mœurs locales, seulement quelques « indigènes » soumis à des cadis locaux se refusèrent à la Loi. (Statut d’indigénat). Les goumiers et autres soldats musulmans ne se sont-ils pas vus gratifier de la grande Mosquée de Paris pour service rendue à la France ?

Conclusion : Savoir pardonner les vraies fautes.

Quelle Civilisation n’a pas sa tâche historique ? Et bien qu’elle jette la première pierre…

On cherche une fois encore à ébranler notre Nation plus largement toute la Civilisation Judéo-Chrétienne, en conviant des « Nations » qui n’existaient pas et qui vouent encore aujourd’hui une haine inexpiable envers notre Pays, mais ce n’est pas dans leur stratégie de nous faire expier des fautes souvent imaginaire d’un pseudo passé ténébreux et quand c’est le cas ne faut pas-t-il définitivement tourner la page ? Les « Guerres de Religions » ne se sont pas t’elles apaisées par une amnistie totale des exactions de chacun des belligérants ? Au contraire ne faut pas-t-il pardonner, l’impardonnable ?

Sun Zu dans l’Art de la Guerre ne parlait-il pas de ridiculisation de la tradition de ses adversaires pour les vaincre sans une goutte de sang versée ? A méditer… car le chantier est bien entamé.

Note :

1 Notons que Hussein Pacha dernier Dey d’Alger tant adulé par certains Nationalistes Algérien n’est même pas né sur territoire le territoire de l’actuel Algérie mais Smyrne territoire de l’actuel Turquie qui était sous domination Ottomane. Pacha était donc un proconsul d’un autre colonisateur qui n’a pas l’air de gêner les Algériens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s